Phnom Penh : une capitale chargée d’histoire

Phnom Penh : une capitale chargée d’histoire

Partage cette page à tes amis voyageurs ! 😜

Phnom Penh, la capitale du Cambodge est incontournable en raison de ses lieux historiques : les killing fields et la prison S21 qui sont des lieux culturels très importants pour l’histoire moderne du Cambodge et l’occasion d’en apprendre plus sur la sombre période des khmers rouges.

Néanmoins en dehors de ces lieux et du Palais Royal, il n’y a pas grand chose à faire selon nous. 2 jours suffisent amplement.

Nous sommes resté 3 jours puisque nous avons tardés à prendre notre billet d’avion pour le Myanmar (bien sûr qu’on est super organisés). Finalement ça tombe bien vu ce qu’il est arrivé à Max (installation du suspens…).

Le musée du génocide Tuol Sleng ou la prison S-21

Cette ancienne prison se situe en plein coeur de la ville, pendant l’effroyable régime des khmers rouges de 1975 à 1979. C’est dans cette ancienne école que Pol Pot a fait déporter, torturer et exécuter ceux qu’il considérait comme les « ennemis » du régime.

Aujourd’hui, la prison est devenue un musée qui accueille de nombreux visiteurs. La visite est d’ailleurs très bien faite avec un audio-guide qu’il faut selon nous, absolument prendre.

Le fait, de réaliser la visite dans les lieux où toutes ces horreurs se sont déroulées, rend l’expérience encore plus poignante. Mais comme ils le disent si bien dans l’audio-guide, nous avons tous un devoir de mémoire.

La visite est effectivement dure, mais ils ont réussi à la rendre tout de même accessible et informative.

Vous en apprendrez donc beaucoup sur le régime des Khmers rouges, qui a émergé et s’est très rapidement imposé après une guerre civile. Un régime qui aura, en quelques années seulement, décimé 1/5e de la population cambodgienne. Un régime dirigé par un parti unique, l’Angkar soit « l’organisation ».

En 1975, ils s’emparent de Phnom Penh. En 24 heures, tous les habitants sont envoyés dans les campagnes. Toutes les villes sont vidées et tous les cambodgiens sont obligés de travailler la terre. Un grand nombre d’entre eux périrent en raison des conditions extrêmes de travail et le peu de nourriture qui leur est donné. Cueillir un fruit dans un arbre justifie la peine de mort parce que cela revient à « voler l’Angkar ».

En plus du travail forcé, le régime se donne comme mission d’éliminer tout « ennemi » : étranger, intellectuel, partisan du régime précédent… Le simple fait de porter des lunettes signifie qu’on est intellectuel, et c’est une preuve suffisante pour être arrêter ou tuer.  Les khmers rouges éliminent des familles entières.

Tout de suite après avoir fait évacuer Phnom Penh, le frère Pol Pot, dirigeant du régime, transforme le lycée Tuol Sleng en une des nombreuses prisons d’Etat disséminées dans tout le pays. Une de celle-ci sera nommée S-21. Les ennemis de l’Angkar y sont emprisonnés et torturés pour obtenir de faux aveux. Les personnes déportées ne savent même pas ce qui leur est reproché.

Sur 18 000 personnes, dont des enfants, qui furent emmenés dans cette machine de mort, seules 12 survivront.

Nous n’avons pas souhaité enchainer avec la visite des Killing fields, puisque la visite de S21 a été très éprouvante. Les Killing fields étaient le lieu d’exécution, une fois l’arrêt de mort des prisonniers signé. C’est donc un lieu émotionnellement très fort. Il pourrait également être intéressant de visiter le musée national, mais nous n’avons pas pris le temps de le faire.

Le palais royal

C’est grand et impressionnant. Un incontournable de Phnom Penh !

Le jour où Max s’est fait mordre par un chien au Cambodge

Whaaaat ??

Vous savez tous ces gens qui caressent les chiens et chats à tout va, même quand ce sont des animaux errants ? Eh ben c’est pas nous, mais alors pas du tout ! Déjà la plupart sont dans un sale état donc on se dit qu’ils peuvent facilement nous transmettre des maladies. Et même pour les autres, on ne sait jamais. Il y a des risques de rage notamment, en particulier en Asie où il y a beaucoup (mais beaucoup) de chiens errants.

On rappelle que la rage peut se transmettre par morsure mais aussi une simple griffure. On évite donc autant que possible les animaux errants depuis notre arrivée en Asie.

Bref, en arrivant à Phnom Penh, en descendant du bus on se rend compte qu’on est pas si loin de notre hôtel et on décide d’y aller à pied pour économiser (en bon backpackers que nous sommes). On commencent donc nos 2 petits km à pied avec nos gros sacs sur le dos (comme tous les lundi mon ami). Il faut savoir qu’il fait déjà nuit puisqu’il est 23h passées.

On marche tranquillement comme 2 jeunes âmes innocentes (c’est qu’on est gentil nous , on ferait pas de mal à une mouche) (sauf les moustiques, ça on aime bien leur exploser gentillement la gu****) quand TOUT A COUP…

SORTI DE NULLE PART…

SURGIT…

EN COURANT…

Un chien !

Il saute sur la jambe de Max avant qu’on ait le temps de réagir, crocs en avant. Il mord Max et s’enfuit aussi rapidement qu’il est arrivé. C’est à peine si on a eu le temps de bouger tellement la scène a été rapide.

On s’éloigne rapidement et on se regarde complément choqué par ce qu’il vient de se passer. On regarde rapidement la cuisse de Max et on a d’abord l’impression qu’il n’y a pas de trace. OUF ! Mais attends… en fait, si il y a quelque chose (sinon c’est pas drôle). A travers le short, un croc a percé la peau.

LA LOOSE.

On prend rapidement un tuk tuk et on nettoie la plaie comme on peut avec ce qu’on a de facilement accessible dans nos sacs. On va check-in à l’hôtel et on leur demande s’ils connaissent un hôpital pas loin. On se dirige donc rapidement vers la clinique juste à côté.

Ils nettoient la plaie et font un vaccin contre la rage et contre le tétanos (Max l’avait fait avant de partir mais bon on sait jamais).

Pendant ce temps Olive s’occupe d’appeler l’assurance pour savoir comment il faut procéder. On en a parlé dans notre article sur les préparatifs mais on est assuré chez GobyAVA et la prise en charge a été au top. Ils ont répondu tout de suite et ont clairement expliqué ce qu’il fallait faire et nous ont envoyé un mail avec les documents à faire remplir au médecin en charge. Ils ont même demandé s’ils pouvaient nous appeler le lendemain pour prendre des nouvelles de Max ! Si ça c’est pas adorable, je ne sais pas ce que c’est. C’en est presque difficile de croire que c’est une compagnie d’assurance mais on est ravi de les avoir choisi et d’être leur partenaire.

Ça vous intéresse d’en savoir plus sur les vaccins de la rage ? (si ça ne vous intéresse pas c’est pareil de toute façon, on va vous le dire quand même haha).

Avant un long voyage, on vous conseille parfois de faire le vaccin préventif contre la rage qui se fait en plusieurs injections : jour J0, J+7, J+28 (ou +21 en cas de schéma de vaccination rapide). Sauf que le vaccin préventif de la rage ne vous protège pas vraiment. Il vous permet néanmoins d’avoir plus de temps pour recevoir à nouveau le vaccin en cas d’exposition potentielle. Ce qui n’est pas négligeable si vous êtes au fin fond du trou du c** du monde.

Il faut savoir que la rage une fois contractée est fatale, mortelle, t’es dead, caput, il n’y a plus personne au balcon. Depuis les années 1900 seules 5 personnes ont survécu. Autant dire que c’est quand on a su ça qu’on s’est dit qu’on allait quand même les faire en préventif. 59 000 personnes en meurt chaque année (dont quelques touristes) selon l’OMS et plus de 95% des cas c’est via des chiens infectés.

Ça permet aussi de n’avoir que deux injections à faire en cas d’exposition : J0 et J3. Si vous n’avez pas fait le vaccin préventif il faut faire tout le procès en entier : J0, J7 et J21. Bien galère quand tu voyages à long terme.

On était donc bien content de n’avoir que 2 injections à faire en 3 jours. Pour la 2e injection on s’est rendu à l’institut pasteur de Phnom Penh en pensant que ce serait plus sûr et pro mais au final on a été mieux accueilli à la clinique, à minuit passé (et le médecin parlait français svp).

Vous vous en douter, Max n’a pas eu la rage. Youpi Jean-Michel !

Nos conseils :

  • Faire tout le temps attention, ne pas caresser les animaux errants;
  • En cas de morsure ou de griffure aller directement à l’hôpital, même si la blessure parait superficielle;
  • Avoir une assurance voyage est indispensable. https://www.gobyava.com/

Les bonnes adresses 

Mad Monkey Hostel Phnom Penh : auberge de jeunesse sympa avec des lits doubles en dortoir, une piscine et un bar. C’est donc axé backpackers fêtards, mais effectivement il y a des endroits sympas pour sortir et nous avons rencontré Vino, un malaysien qui nous a donné envie de visiter son pays !

We cheers : excellent restaurant avec les meilleurs rouleaux de printemps que nous avons eu l’occasion de manger. Les prix sont un peu plus élevés que les restaurants que nous faisions habituellement, mais cela resta très bon marché et la qualité est au rendez-vous.

Eclipse Sky Bar : dans les grandes villes, nous essayons toujours de nous rendre dans un rooftop bar. Cela permet de voir la ville sous un autre angle, et notamment les villes asiatiques qui peuvent paraitre bruyante/sale/moche. De nuit, c’est totalement différent et en prenant de la hauteur, c’est encore mieux. Et puis ici les cocktails sont à des prix très abordables même en rooftop.

Conclusion

Phnom Penh, c’est un étape incontournable d’un voyage au Cambodge. Néanmoins en 1 ou 2 jours vous aurez vu les indispensables. Mais il est déjà temps de quitter le Cambodge pour se diriger au Myanmar (Birmanie). Pour lire notre bilan sur le Cambodge, c’est ici.

Kiss,

 

Après 6 mois 1/2 passés à en prendre plein les yeux et à se régaler en Asie, nous sommes de retour en France. Et nous n’attendons qu’une seule chose : le prochain voyage !

Partage cette page à tes amis voyageurs ! 😜

Certains de nos articles possèdent des liens d'affiliation permettant au blog de continuer à vivre. Pour autant, nous restons totalement impartiaux et te recommandons des produits ou services que nous jugeons de qualité, aidant la communauté, ceci indépendamment de la commission perçue. Bonne continuation de lecture.

Laisse un commentaire

Ton adresse email ne sera pas publiée