Cebu, nos premiers pas aux Philippines : entre cascades, plages et sardines run

Cebu, nos premiers pas aux Philippines : entre cascades, plages et sardines run

Partage cette page à tes amis voyageurs ! 😜

Après un détour par Melbourne pour rendre visite à la famille australienne dans laquelle Olive a été fille au pair il y a 2 ans, et visiter les alentours dont la célèbre Great ocean road, nous voici en route pour les Philippines.

C’était censé être le dernier pays de notre périple asiatique, mais finalement on décide de rester 6 semaines au lieu d’un mois (on devra donc faire renouveler notre exemption de visa) et d’ajouter un mois au Vietnam, qui nous fait de l’œil depuis quelques temps. Vous l’avez compris, on est pas encore prêt pour le retour (on concentre une bonne partie de notre énergie quotidienne à ne SURTOUT PAS y penser).

Une arrivée en douceur aux Philippines

On prend donc l’avion de Melbourne pour arriver directement sur l’ile de Cebu, avec une escale à Singapour. Maintenant on est rodé et les escales, on connaît. On se met donc au plus prêt de la porte d’embarquement et on met le réveil une grosse 1/2h avant si jamais ils ont changé la porte au dernier moment (si si, ça arrive ! On s’est déjà fait avoir en allant au Cambodge) et on s’installe, par terre, pour dormir. Les tourdumondistes doivent se reconnaître, non ? (rassurez-nous svp).

Arrivé à Cebu, on a réservé 2 nuits à Felix Residence à Mandaue pour se REPOSER. On a les deux été malades pendant un moment, et on sent que nos corps ont besoin de repos. On a beaucoup de mal à ne pas sortir et visiter le maximum de choses mais on se rend compte que depuis le départ on a un très gros rythme. On prend donc 1 jour ½ pour ne rien faire, du tout. Au programme : grasse mat’, séries, et achat d’un nouveau portable pour Olive (après un petit plongeon dans la piscine en Australie, hum) et de cartes sim locales.

Santander, le coin paumé entouré de cascades

Après un repos bien mérité, on se dirige vers la station de bus. Ici, il n’y a pas d’horaires de bus. Dès que le bus est plein on part. On arrive pile avant le départ et c’est parti pour 4h de bus direction Santander (215 pesos).

Les chauffeurs c’est des gros malades aux philippines et on trace avec notre bus. On double tout le monde et ça rebondit dans tous les sens.

C’est pratique les bus aux Philippines : il n’y qu’une grande route donc dès que vous êtes proches de votre point d’arrivée vous demandez à descendre.

On s’arrête donc vers notre petit hôtel, (un peu) paumé. Le cadre est sympa même si sur la plage il y a des algues, dommage parce que le sable est blanc et le cadre sympa. Il suffit d’aller un peu plus sur le côté droit de la plage et c’est parfait (on va quand même pas faire nos difficiles).

On rencontre un couple de Nîmois, Christophe et Annick avec qui on va bien sympathiser et bien rigoler. On décide pour une fois de manger à l’hôtel pour des raisons de simplicité puisque le « village » est minuscule. On passera la journée du lendemain avec eux à visiter les cascades !

Après un petit déjeuner au bord de la plage (il y a pire pour commencer la journée, on est d’accord), on part avec notre couple de nîmois direction :

Aguinid Waterfalls

On longe la côte pendant 20 minutes et la couleur de l’eau est incroyable à certains endroits. On se dit qu’on fera voler le drone au retour.

Arrivé à la cascade, on nous fait louer des chaussures d’eau pour 50 pesos et on doit payer deux guides pour nous 4 (67,5 pesos par personne l’entrée et 100 le guide). Par principe, on a un peu l’impression de se faire rouler et d’être poussé à acheter mais finalement c’était mérité. On s’est éclaté (des grands enfants, quoi !).

Il y a plusieurs niveaux.  Premier niveau : piscine d’une couleur magnifique. Pour monter au 2e niveau, on doit escalader carrément à travers la cascade (si si, vous avez bien lu les amis). Il y a une corde et ce n’est étonnamment pas glissant.

3e niveau, on passe sous la petite cascade, et autant dire que le débit c’est pas le même que dans les douches en Asie ! 4e niveau, d’autres bassins et cascades (désolés là, on a la flemme de décrire, ça arrive). 

On va ensuite déjeuner dans ce qu’on appelle ici une « eatery » : petit boui boui dans lequel ont été préparés différents plats. On vous sert des portions de ce que vous choisissez. C’est facile, rapide et pas cher mais froid. On profite d’être avec Christophe et Annick pour gouter notre première bière locale (comment ça on essaie de trouver des excuses ? Non mais !).

Inambakan Waterfall

On enchaine avec Inambakan Waterfall (57,5 pesos) mais le temps s’est bien couvert et même si on devine une très belle cascade on peut voir que les couleurs sont surement bien plus belles sous le soleil.

Max rejoint les enfants qui jouent et sautent dans l’eau.

Normalement vous pouvez également voir d’autres niveaux plus haut mais il faut prendre un guide (et donc PAYER un guide) et vu la météo on se dit qu’on va enchainer directement avec la dernière cascade.

Tumalog Waterfall

On finit notre journée cascade par Tumalog Waterfall (20 pesos) et c’est clairement la moins jolie. Il n’y a pas beaucoup d’eau. Pendant la saison des pluies, elle doit être impressionnante.

On prend un dernier repas avec notre couple de nîmois préféré. On leur dira au revoir le lendemain matin, et on espère un jour gouter leurs vins et fraises ! (Et oui ils sont producteurs les amis !)

Des cascades il y en a plein d’autres autour de Santander. C’est un petit village très authentique avec des locaux adorables donc si vous aimez les cascades n’hésitez pas à y rester quelques jours.

Moalboal et les sardines

Armé de nos fidèles maisons sur le dos (#ModeTortueActivé), on attend donc sur le bord de la route pour le bus qui nous emmènera à Moalboal. Oui parce que vous pouvez descendre quand vous voulez du bus mais c’est pareil pour la montée.

On regarde les enfants à côté de nous jouer avec leurs épées astucieusement fabriquées avec des branches de palmiers, ils sont adorables ! 

On finit par prendre un tricycle, sorte de tuk tuk, qu’on voit partout aux Philippines, pour rejoindre directement la station de bus après l’avoir attendu un moment. Bien sûr, le bus que l’on attendait nous dépassera lors de notre trajet en tricycle (la bonne blague).

1h30 de bus plus tard (93 pesos, c’est qu’ils sont précis les philippins), on demande à descendre pour rejoindre notre auberge de jeunesse bio. On a effectivement choisi un endroit super sympa, avec de bons petits plats (les gros sacs, c’est qui !?) dont on vous parle plus en détail dans la catégorie « les bonnes adresses » (on sait installer le suspens, hein !).

Lampug beach

Après avoir manger (faut pas déconner quand même), on va chercher un scooter en ville. Pour y aller, nous prenons un autre tricycle, qu’on partage du mieux qu’on peut avec les locaux. Faut imaginer qu’on est 4 sur le scooter, et qu’à côté il y a « l’habitacle » du tricycle qui contient 6 personnes (rien que ça !). On se demande comment le scooter arrive à tirer tout ça.

On finit la journée sur une petite plage super sympa fréquentée que par des locaux (comprenez : vous allez entendre du karakoé le soir) : Lampug beach (12,5 pesos).

Le lendemain matin, on se lève tôt (comme d’hab en fait, mais on aime se répéter). Et de toute façon il n’y a pas de rideau donc t’es réveillée à 6h avec le soleil (oui parce que ton masque pour dormir tu l’as laissé dans ton sac, hein !).

Le sardines run gratuit (la base)

On prend le scooter et on se dirige vers le Chili bar à Moalboal puisque c’est depuis cette petite plage que l’on peut voir les fameuses sardines. Et tout ça gratuitement. Nul besoin de réserver un tour donc. Et on vous conseille d’y aller avant 8h puisqu’à partir de 8h30/9h les tours organisés, armés de nos chinois adorés (qui ont tellement de gilet de sauvetage qu’ils peuvent à peine mettre la tête dans l’eau), vont débarquer.

On a pu donc nager avec les sardines presque tous seuls pendant un certain temps. C’était un moment magique et incroyablement impressionnant.

C’est que des sardines mon ami, mais il y en a des MILLIONS (promis juré !) et en plus elles sont proches du bord donc c’est super facile de les voir. Et quand c’est gratuit c’est encore meilleur !

Si vous avez des chaussures d’eau prenez les puisque ce n’est pas facile de rentrer dans l’eau au début. Sinon, faites comme nous et nagez dans 60 cm d’eau ! Vous verrez à quelques dizaines de mètres du bord, d’un coup c’est le grand trou (c’est pas le grand bleu normalement ?).

Si vous plongez, ça doit être génial !

White beach

On enchaine ensuite avec White beach (15 pesos), supposée un peu trop touristique. Il est encore tôt le matin, et un jour de semaine et il n’y a pas grand monde. La plage est réellement magnifique.

On retourne ensuite nager avec les sardines à midi (oui oui, on est comme ça nous). La visibilité est un peu moins bonne et il y a plus de monde (comprenez, il y a des chinois) mais on ne regrette pas du tout d’y être retourné (rappelez vous, c’est gratuit !).

Et après avoir fait voler le drone sur des champs de palmiers (si tu savais tous les palmiers qu’il y a aux Philippines mon ami !), on finit la journée à Lampug beach.

On rencontrera une famille de philippins et en particulier un jeune footballeur qui nous aura bien fait rire. Faut dire qu’il a enchainer les rhums coca, et ils ont dû commencer tôt parce qu’on est arrivé sur la plage à 16h. On restera longtemps parlé avec Jake et son ami Dexter sur la plage, une fois le reste de la famille partie.

Les noms des philippines sont parfois assez drôles : entre les 300 ans d’occupation espagnole et les 50 de « protectorat » américain, il y a des petits mix sympas. Par exemple ce jeune footballeur s’appelait Jake Ramos. 

Kawasan Falls

On se lève tôt (oui encore Jean-Michel, on est pas là pour glander dans le sofa nous), pour aller voir la célèbre cascade Kawasan Falls. Célèbre, elle l’est et ça se sent puisque le lieu est touristique et il y a pas mal de petits restaurants autour. Même en arrivant tôt il y a du monde mais ce ne sont que des locaux à cette heure-ci (certains ont déjà sortis le rhum, il n’est pas 10h quand même).

Malheureusement le temps est nuageux. La couleur de l’eau est tout de même bluffante et on monte les différents étages pour voir les différentes piscines naturelles de la cascade.

On a hésité à faire le canyoning, surtout qu’on en a encore jamais fait (too busy guys). On avait prévu d’aller faire le Osmena Peak mais la route est longue (1h30) donc on n’a malheureusement pas eu le temps. On se dit que c’est toujours des sous économisés (on est des gens extrêmement positifs, tu commences à nous connaître l’ami) (positifs ça fait mieux que radins, non ?).

On décide de rentrer à l’auberge et d’aller tester le paddle.

Mais d’abord on passe par le resto ! (il faut connaître ses priorités quand même) et une fois l’heure du paddle, il est trop tard puisque la marée est trop basse (le beau loupé donc). Dommage parce qu’en plus le temps s’est découvert et qu’il fait de nouveau beau (évidemment). Après un coucher de soleil, on rentre tôt et on décide donc de se mater 1 (comprenez 2) épisodes de The Punisher (la base pour faire des rêves calmes et reposants).

Coucou toi

Les bonnes adresses

ABF Seaside Tourist Inn : situé à côté de Santander, petit « village » (comprenez quelques maisons) (comprenez quelques cabanes en bois). Décor vraiment sympathique avec accès à une belle petite plage et possibilité de manger sur place. Les plats sont bons mais un peu cher (environ 200 pesos). Nous avons loué un scooter pour 500 pesos la journée. Le personnel est très sympa. Le petit déjeuner est compris et vous pouvez le prendre sur le bord de la plage. Rien de tel pour bien commencer la journée.

Santander market : on s’est arrêté acheté des fruits.

Eskapo Verde : auberge de jeunesse « verte ». Tout est en bois et l’ambiance est vraiment sympa. Le savon des douches est biodégradable (info très importante, n’est-ce pas ?). Le resto est excellent. Les plats sont plus chers mais vous en aurez pour votre argent. On vous conseille particulièrement le pork adobo modern style, à tomber. Et en dessert les banana turons (qui c’est qui c’est pris 4 turons en 3 jours ?) (on t’a vu baisser les yeux Max). 2 points négatifs cependant : le temps d’attente au restaurant est très long. Il faut souvent 1h pour être servis. Donc n’hésitez pas à commander votre turon (ou un autre dessert, hein on vous force à rien !) en même temps que le plat. 2e inconvénient : il n’y a ni volet ni rideau dans les chambres donc à 6h il fait plein jour. Si vous avez un masque pour dormir, vous n’aurez pas de soucis. Vous pouvez également faire du paddle et du kayak, et l’endroit est vraiment sympa. Mais ne faites pas comme nous et renseignez vous avant sur les heures où il est possible d’en faire en fonction de la marée notamment.

3 crowns : petit restaurant très bon, notamment pour la bouffe occidentale (ça nous arrive de faire entorse à notre régime asiatique), à Moalboal.

Moalboal Market : situé dans le centre de la ville, vous pouvez acheter notamment des fruits frais.

Conclusion

Après une bonne semaine à découvrir l’île de Cébu, on se dirige à présent vers Apo Island. Mais une chose est sûre, nous sommes déjà conquis par les Philippines.

Kiss,

Après 6 mois 1/2 passés à en prendre plein les yeux et à se régaler en Asie, nous sommes de retour en France. Et nous n’attendons qu’une seule chose : le prochain voyage !

Partage cette page à tes amis voyageurs ! 😜

Certains de nos articles possèdent des liens d'affiliation permettant au blog de continuer à vivre. Pour autant, nous restons totalement impartiaux et te recommandons des produits ou services que nous jugeons de qualité, aidant la communauté, ceci indépendamment de la commission perçue. Bonne continuation de lecture.

Laisse un commentaire

Ton adresse email ne sera pas publiée